imprimer  ajouter aux favoris

Mon compte

Se connecter

Infos pratiques

 
Edouard Glissant est né le 21 septembre 1928 à Sainte-Marie en Martinique.

Grâce à une bourse, il entre au lycée Schoelcher de Fort-de-France où Aimé Césaire lui révèle la littérature moderne.
En 1946, il poursuit à Paris des études supérieures d’anthropologie et de philosophie puis se consacre à l’écriture littéraire et à l’engagement militant. Sensible aux thèses de la « négritude » d’Aimé Césaire, il s’en démarquera progressivement dans les années 60 pour mener une réflexion propre sur la spécificité de la culture et de l’identité antillaises qu’il nommera « antillanité ».
En 1953 paraît un premier recueil de poèmes, Un champ d'îles, où sont développées des thématiques qui traverseront toute son oeuvre, comme la fécondité de l'archipel. Il reçoit en 1958 le prix Renaudot pour son premier roman, La Lézarde.

Co-fondateur du front antillo-guyanais avec Paul Niger, Edouard Glissant se voit interdit de séjour à la Martinique de 1959 à 1965 pour cause de propagande séparatiste : il réclamait une totale décolonisation des Antilles et leur intégration dans l'ensemble caraïbe. En 1960, contre la guerre d'Algérie, il est l'un des signataires du "manifeste des 121", critiquant l'attitude de la France vis-à-vis du mouvement d'indépendance algérien.
En 1965, il fonde l'Institut martiniquais d'études, lieu de résistance culturelle pour sortir de la norme française imposée par les programmes scolaires.

De 1982 à 1988, il est directeur du Courrier de l'UNESCO.
Dans les années 1990, il enseigne dans plusieurs universités américaines dont la City University of New York où il a été nommé « Distinguished Professor of French ».
En 2007, il prend position contre la création d'un Ministère de l'Immigration et de l'identité nationale, dans un court manifeste rédigé avec Patrick Chamoiseau, Quand les murs tombent, l'identité nationale hors-la-loi ?.
La même année, il fonde l'Institut du Tout-Monde, pour faire avancer la pratique sociale et culturelle des créolisations.

Il décède à Paris le 3 février 2011, à l'âge de 82 ans.