imprimer  ajouter aux favoris

Mon compte

Se connecter

Infos pratiques

 

MUSIQUE ET ARTS VISUELS


Deux ouvrages pour s’initier à ce vaste sujet qu’est le dialogue entre les arts

-La musique du XXème à la croisée des arts / Jean-Yves Bosseur - Minerve, 2008 

Jean-Yves Bosseur traite dans cet ouvrage des modalités d'échange entre la musique et les autres disciplines artistiques tout au long de ces dernières décennies. Il évoque tour à tour les domaines de la littérature, de la danse, du cinéma, de l'architecture, des arts plastiques, et avance des hypothèses de réflexion sur les démarches interdisciplinaires qui n'ont cessé de se multiplier au XXe siècle.






-Sons et lumières : une histoire du son dans l'art du 20e siècle : exposition, Paris, Centre Pompidou, 22 sept. 2004-3 janv. 2005 / dir. Sophie Duplaix. - Ed. du Centre Pompidou, 2004
Cet ouvrage est édité à l'occasion de la grande exposition thématique du Centre Pompidou " Sons & Lumières " consacrée aux relations entre la musique/le son et les arts plastiques au XXe siècle. Le XXe siècle est souvent considéré comme un moment de convergence et de dialogue des arts. Tandis qu'avec l'essor de l'abstraction, autour de 1910, la peinture cherche une correspondance avec cet art abstrait par excellence qu'est la musique, les nouveaux médias nés du développement de l'électricité prennent le relais de ce mythe ancestral. 

 Emprunter ces livres

tristan murail et morton feldman


Tristan Murail et la musique spectrale



-Treize couleurs du soleil couchant ; Bois flotté ; Winter fragments : de Tristan Murail / un film de Hervé Bailly-basin. - Universal, 2002, DVD vidéo

La musique spectrale, celle de Tristan Murail en particulier, entretient de nombreuses relations avec les arts visuels, tant la peinture (Monet et Redon) que la vidéo. Le terme même de spectre renvoie à celui de couleur pour désigner une qualité de timbre. En effet, le spectralisme fait référence aux conjonctions décelables entre les changements graduels de couleur, de lumière et de timbre. Ainsi, la démarche de Tristan Murail est proche de celle des peintres impressionnistes. Vues aériennes a été inspirée par les cathédrales de Rouen de Claude Monet, et La Barque mystique par des pastels d’Odilon Redon.
Pour s’initier à l’esthétique de Tristan Murail, on pourra visionner le DVD d’Hervé Bailly-Basin, vidéaste qui a mis en images certaines musiques de Tristan Murail, et pour qui « l’âge du multimédia sera, à n’en pas douter, celui des arts « intermédiaires ». Aussi en jouant le jeu de l’image, la musique contemporaine pourrait-elle bien se rapprocher de son époque, et d’un public qu’ordinairement elle ne rencontre pas. »  
Tentez cette expérience synesthésique enivrante !

-Allégories : pour petit ensemble instrumental et sons synthétisés par ordinateur ; Vues aériennes : pour ensemble instrumental ; Territoires de l'oubli : pour piano / Tristan Murail. - Musidisc,1990

-Couleur de mer : pour 15 instruments ; L'Attente : pour 7 instruments ; Treize [13] couleurs du soleil couchant : pour 5 instruments ; ... [et al.] / Tristan Murail. - Musidisc, 1995

La musique de Morton Feldman, entre catégories

Entre catégories, est à la fois le titre d’une œuvre qu’il a composée et d’un article qu’il a écrit en 1969. C’est ainsi qu’il pensait ses œuvres « entre temps et espace, entre peinture et musique. Entre la construction de la musique et sa surface… [Son] obsession de la surface est le thème de [sa] musique. Dans ce sens, [ses] compositions ne sont pas du tout des « compositions ». On devrait les appeler toiles temporelles, toiles qu’[il] imprime plus ou moins d’une teinte musicale. » Ecouter une œuvre de Morton Feldman, c’est faire l’expérience d’une temporalité vertigineuse proche des philosophies orientales. L’auditeur est invité à se concentrer sur l’écoute, et non sur un éventuel système qui aurait préludé à la pièce. Ses œuvres suscitent une expérience du son en tant que forme méditative et de ce fait confine à une expérience quasi mystique. 

Straits of Magellan, Two pieces for six instruments, Projections, ...[et al.] / Morton Feldman. - Abeille Musique Distribution, 2002

For Philip Guston, pour piccolo, flûte, flûte alto, piano, célesta, glockenspiel, vibraphone, marimba, chimes [1-2] / Morton Feldman, Eberhard Blum (flûtes), Nils Vigeland (p.) (célesta), Jan Williams (glockenspiel) (vibr.). - Hat Hut, 1992

Something wild : music for films / Morton Feldman. - Kairos
(disque compact)

 Emprunter ces documents

l'animation abstraite


Le cinéma de Len Lye : une musique visuelle

Cinéaste d’avant-garde dès la fin des années 20,  Len Lye est un des premiers à faire des expérimentations dans le domaine du cinéma abstrait. Il invente en particulier le cinéma direct, c’est-à-dire sans caméra, par grattage d’images et interventions diverses directement sur la pellicule. Il cultivait en lui cette ultra sensibilité à l’énergie grâce à laquelle le mouvement de sa main projettera directement sur la pellicule les origines physiques de notre élan vital. Apparemment abstraits, ses films inventent un cinéma totalement concret, chargé de manifester matériellement ce qui nous maintient en vie dans le monde, dégageant ainsi une énergie corporelle et une expressivité très intenses. Ses films sont de véritables mélodies colorées.

-Rhythms / 12 films de Len Lye. - Re:Voir Vidéo : Len Lye Foundation, 2009 DVD vidéo


Norman McLaren et le son d’animation

 -L’Intégrale en 7 volumes / de Norman Mac Laren. . - Office National du Film du Canada, 2006
DVD vidéo

Le cinéma de Norman McLaren est aussi placé sous le signe de la musique. Quelques années après Len Lye, Norman Mc Laren expérimente lui-aussi de multiples procédés d’impression directe sur pellicule (peinture, grattage...) Il s’intéresse en particulier  aux effets spéciaux sonores à partir de sons synthétiques ou de percussions. Il crée ce qu’il appelle le « son d’animation » qui rend en quelque sorte le son « observable » grâce à des dessins incrustés dans la bande son. Les recherches qu’il mène en parallèle sur le son synthétique le conduisent à explorer différentes voies et lui permettent d’établir de nouvelles correspondances entre image et son. L’image génère le son.
Le spectateur entend ce qu’il voit et voit ce qu’il entend.


. -Matières vives : l'animation abstraite après Mc Laren / . - ONFC, 2006 DVD vidéo

Si ces circonvolutions festoyantes vous ont plus, laissez-vous emporter par ces nouvelles envolées psychédéliques ! Ici, neuf réalisateurs différents, un demi siècle après les premières expérimentations artisanales, la matière, les textures, les rythmes… sont aussi numériques. Grande diversité donc, mais le vrai sujet reste toujours le rapport privilégié et singulier avec la musique. 
Pour le plus grand bonheur des sens !

 Emprunter ces documents

un film pour les oreilles

 

-My new picture ... is music / Bertrand Bonello. - Shellac Sud, 2006

Bertrand Bonello a une formation de musicien classique. Il compose lui-même la musique de ses films. My new picture [is music], n’est pas une musique de film, mais un film à part entière comme le revendiquait Bertrand Bonello dans un entretien : « On a souvent dit que je faisais des films de musiciens. Là, ce serait un album de cinéaste. »
La sortie du CD était accompagnée par la sortie en salle d'une séance d'écoute avec Sabrina Seyvecou, sous la forme d'un film de 35 minutes, qui continue à nous suggérer la projection vers l'univers mental du projet. Le court-métrage musical est divisé en quatre parties : Début, D'entre les morts, Vertige, Persona. Œuvre hybride, s’il en est.

une création multi-sensorielle


-Drop a three / Fumuj. - LDH, 2010

Pour finir ou presque cette sélection, nous vous conseillons très vivement le concert de ce groupe qu’on peut qualifier d’électro dub, mais qui est assez inclassable. Pourquoi en concert ? Parce que le groupe, désireux de fusionner les publics et de briser la barrière du silence, a  élargi son champ d’action en proposant sur scène une création multi-sensorielle vouée à mêler l’univers des sourds et celui des entendants. Ils ont ainsi imaginé plusieurs outils visant à rendre lisible la musique pour ceux qui ne peuvent pas l'entendre : une batterie à LED qui s'allume sur les coups de baguettes, de la vidéo en temps réel qui réagit aux instruments et la voix, un jeu de lumière, la LSF, des récepteurs somesthésiques individuels (boudins gonflables qui captent les vibrations, distribués à chaque personne à l'entrée de la salle) et de grandes cheminées installées en salle pour capter les vibrations.
Plus qu’un concert, une expérience innovante guidée par la rencontre du hip-hop, de l’électro et du rock, où la musique fracassante et fédératrice du groupe transcende, où libérer la bête en chacun devient plus qu’un simple mot d’ordre.


de nouvelles formes hybrides



-Ez3kiel, Naphtaline / Ez3kiel. - Jarring Effects, 2007. - 1 d.c. + 1 DVD-Rom et une exposition interactifs…

Last but not least, le groupe Ez3kiel explore sans cesse de nouvelles formes hybrides. En effet, depuis une dizaine d'années, Ez3kiel s'est distingué par la constante évolution de ses champs d'interventions. Initialement axé sur la musique, le collectif a très rapidement appréhendé l'aspect graphique comme élément incontournable de son travail. De l'image fixe à l'animation, des pochettes aux projections sur scène, le groupe a développé une identité musicale et visuelle très personnelle emprunte d'onirisme et de modernité.
Avec Naphtaline, Ez3kiel continue de nous surprendre, ajoutant à son univers singulier un nouveau paramètre, l'interactivité ! En résulte un véritable OVNI dans le secteur musical : un coffret composé d'un DVD-rom et d'un CD Audio (sa BO), qui constituent à eux deux une véritable porte d'entrée dans l'univers du groupe.
Le DVD-ROM propose une plongée multimédia fidèle à l'imaginaire du trio, intégrant les images animées, vidéos, entièrement créées par Yann NGUEMA, le bassiste d'Ez3kiel. Des éléments graphiques conçus sous l'influence du CD audio. Ensemble, ils forment plusieurs tableaux interactifs et sonores où l'auditeur/spectateur devient acteur, les éléments graphiques déclenchant la musique au gré des manipulations.
Pas de méthodes ni de règles à suivre, il suffit juste de se laisser porter par la poésie des images, d'évoluer paisiblement dans ces univers mystérieux, prendre le temps d'en capter la dimension onirique, parfois tragique mais surtout fantastique !


Les mécaniques poétiques : un moment de poésie et d'émotion surprenant grâce à l'union de l'art et de la haute technologie.

Les mécaniques poétiques sont le prolongement du travail initié sur le DVD-Rom « Naphtaline » . Ce projet a été récompensé aux Quartz awards 2008 (Victoires de la musique électronique) dans la catégorie « objets hybrides ».

En adéquation avec la nature interactive de cet album, Yann Nguema musicien graphiste du groupe et concepteur du DVD-Rom a choisi de le mettre en scène via le principe d’installations. Elles donnent corps aux tableaux virtuels dans un même souci du détail et de l’esthétique, avec l’objet commun d’enrober d’onirisme la technique, la science, les mathématiques…
Avec une esthétique passéiste propre à éveiller la mélancolie de notre mémoire collective, ces mécaniques sont le condensé anachronique du révolu, et des nouvelles technologies. La réhabilitation et la référence aux anciens objets de notre patrimoine domestique et scientifique sert d’écrin à l’ensemble du projet. 
Tout un programme ! 

 Emprunter ces documents


Pour aller plus loin

 
dans l'exploration des formes hybrides, voici quelques liens :

- un lieu : La Gaîté Lyrique, nouveau lieu parisien dédié aux cultures numériques, deux sites internet : et d'un et de deux

- un festival :  Visionsonic présente un large panorama de concerts et performances audiovisuelles qui explorent les relations entre image et son

- une exposition : Echoes : les échos multiples entre les arts plastiques et la musique sont au coeur de cette exposition, jusqu'au 10 avril 2011

- un cycle : Musique et arts visuels à la Cité de la Musique à Paris 

le 19 avril autour d'Andy Warhol
le 7 mai Cinémonstre d'Enki Bilal 

- des installations audio-vidéo : les "amuse oeil" de Gong Gong

- un logiciel : IDLELAB (realtime video process) logiciel au service de créations visuelles qui sont le fruit d'une analyse en temps réel de l'environnement musical

-un artiste : Lionel Stocard, artiste sonore lyonnais qui travaille autour du rêve éveillé, via des installations sonores, des instruments originaux, des concerts de musique improvisées.